Prise en charge : enfants

Les résultats obtenus avec un implant cochléaire peuvent être variables en fonction de chaque enfant. Le suivi et la prise en charge doivent être réguliers et adaptés au cas par cas. Ils s’inscrivent dans un calendrier de visites qui évolue au fil du temps.

Suivi après implantation cochléaire

La prise en charge s'organise autour de 4 axes principaux : les réglages, l'accompagnement, la rééducation auditive, les évaluations auditives.

Voici un exemple de prise en charge dans un centre français :

Mise en service de la partie externe :
 4 semaines après l’implantation
, 2 stages de 3 jours consécutifs répartis sur 2 semaines (4 réglages, 10 séances d’orthophonie et une réunion parents-équipe)

Suivi régulier pendant 3 mois :
 3 jours consécutifs par mois (2 réglages, 5 séances d’orthophonie, rencontre avec les autres implantés, séances de groupe et guidance parentale)

Suivi après 3 mois :
 selon l’évolution, le suivi peut être espacé tous les 3 mois, jusqu’à 2 ans après l’implantation. Puis après ces 2 ans, le suivi est tous les 4 à 6 mois, jusqu’à la fin de la troisième année.

Le suivi continue toute la vie (1 fois par an).

Le réglage

L’adaptation du cerveau aux nouvelles informations auditives délivrées par l'implant cochléaire nécessite de revoir le patient régulièrement pendant la première année pour des réglages réguliers. 
Le réglage chez l'enfant se fait en binôme "régleur-orthophoniste". L'enfant est au centre du groupe, les parents peuvent assister à la session.

Lors de ces séances, le régleur doit chercher et vérifier le niveau de stimulation électrique minimum à partir duquel l'enfant commence à percevoir une sensation auditive pour chaque électrode (seuils T). Chez le tout petit, on va surtout se baser sur les réactions comportementales (modification de succion, rotation de la tête), avant de pouvoir le conditionner progressivement. Chez le plus âgé, il est possible d’utiliser une échelle subjective.

Le régleur cherche ensuite les seuils de confort (seuils C), seuils de stimulation créant une sensation forte mais non douloureuse. Son estimation est difficile chez l'enfant, voire impossible chez le tout petit. Pour s'aider, on peut alors chercher le déclenchement du réflexe stapédien.

L'accompagnement

L'accompagnement de l'enfant doit permettre le travail en groupe avec d’autres enfants implantés pour faciliter les échanges sur leur vécu, la manipulation de l'implant, le port d’une prothèse acoustique controlatérale.

L'accompagnement parental est également primordial. L'implant cochléaire relance le processus d'interaction verbale. Les parents adaptent donc leur comportement, ils appellent leur enfant, le sollicitent verbalement, respectent les tours de parole, allongent et enrichissent leurs énoncés.

La rééducation auditive

Le suivi à moyen et long terme s’intéresse aux réglages de l’implant cochléaire et aux évaluations des bénéfices obtenus, la rééducation auditive étant le plus souvent réalisée par une orthophoniste à proximité du domicile du patient.

La rééducation complète une éducation polysensorielle, en situations ludiques. Il faut aider l’enfant à découvrir, analyser, organiser ses nouvelles perceptions du monde sonore, en suivant les étapes de la perception auditive : la détection, la discrimination, l’identification, la compréhension.

Etapes complémentaires :
 - —La mémorisation : on sait que de nombreux enfants sourds ont des difficultés à se souvenir de séquences courtes (3 stimuli), il est donc important de développer la mémoire séquentielle.
 - La localisation : capacité à développer dans le cas d’implantation bilatérale ou de port d’une prothèse controlatérale.

Explorations musicales :
 - Mélodies: repérer les variations mélodiques.
 - Rythmes: percevoir les ruptures, les changements, les silences.
 - Timbres: détecter les qualités acoustiques particulières de différents instruments (animation).
 - Découvrir différents styles de musique.
 - Explorations sonores : bruitages, histoires sonores…

 

Animation : chacun des 6 instruments de musique joue la même mélodie : seul le timbre varie, donnant aux sons une "couleur" spécifique. Cela engendre des perceptions variées : le même son va être qualifié de chaud, rond, métallique, boisé, etc.

Les évaluations auditives

Les évaluations de la perception auditive permettent d'apprécier l'efficacité des réglages réalisés et de vérifier le bon fonctionnement de l'implant. L'évaluation s'organise sur 3 temps différents : court terme, moyen terme, long terme.

De 0 à 3 ans après implantation : examen audiométrique tonal et vocal, évaluation de la détection et la discrimination (instruments sonores). Ces tests ont une portée limitée mais ils donnent des informations sur les capacités d'analyse auditive et sur l'évolution de l’enfant.

De 3 à 6 ans après implantation : identification en listes ouvertes (parole, phrases simples). Les données acoustiques et linguistiques obtenues au niveau lexical et syntaxique ne sont pas forcément prédictives d'un bon développement du langage et de la communication.

Plus de 6 ans après implantation : compréhension (exécution d'ordres, réponses à des questions). Cette étape dépend non seulement de la perception auditive mais aussi des capacités cognitives, de la mémoire et des possibilités d’attention et de concentration.

Última actualización: 15/06/2013 21:25