Oto-émissions

Découvertes "prématurément" en 1978 (Kemp), les oto-émissions acoustiques (OEAs) ont été mieux interprétées quelques années plus tard, à la lumière des avancées sur les mécanismes actifs et les propriétés électromotiles des CCEs dont elles sont en fait le reflet. En plaçant une sonde dans le conduit auditif externe, on peut enregistrer une réponse acoustique après une stimulation (oto-émissions provoquées), ou même, dans certains cas, une émission spontanée.

Sonde d'enregistrement

Sonde d'enregistrement
Sonde d'enregistrement

Principe de la sonde à oto-émissions provoquées.

Un embout placé dans le conduit auditif externe contient un haut parleur (rouge) qui envoit le son stimulant et un microphone (bleu) qui recueille le son émis par les CCEs.

Exemples d'oto-émissions provoquées (OAEP)

Enregistrement d'une OAEP

Enregistrement d'une OAEP (sujet normo-entendant).

En réponse à un clic, une oto-émission acoustique provoquée (OAEP) est ici enregistrée, avec une latence de 5 ms. Cette OAEP est parfaitement reproductible tant qu'une altération de la fonction auditive ne se produit pas.

 

L'OAEP est charactéristique pour chaque personne et chaque oreille.

Chaque oreille et chaque individu présente une trace caractéristique en réponse au même clic.
 
 Ici, on voit le 4 tracés enregistrés sur les deux oreilles de deux sujets normo-entendants :

  • A et B, oreilles droite et gauche du 1er sujet,
  • C et D, oreilles droite et gauche du 2e sujet.

Oto-émissions et seuil d'audition

Seuil d'enregistrement des OAEP

Seuil d'enregistrement des OAEP

Exemples d'enregistrement d'une OAEP en réponse à un stimulus d'intensité décroissante (de haut en bas).

Le seuil de détection des OAEP sur un sujet normo-entendant est très bas (-10 dB : donc inférieur au seuil de perception !), ce qui en fait un test très sensible.
 Par contre, la réponse sature vite (> 30 dB).

Oto-émissions, dépistage et prévention

Enregistrement classique en clinique ORL : ici sur un sujet normo-entendant.
 
 Témoins de l'activité des CCEs, les OEAs constituent un test objectif spécifique de leur intégrité. Simple, non invasif et rapide, ce test est même devenu un classique de l'exploration fonctionnelle en ORL : notamment comme dépistage d'un problème de surdité cochléaire chez le nouveau-né ou comme suivi chez les sujets à risque (hypoacousies professionnelles ou liées à la prise de médicaments oto-toxiques).

Produits de distorsion

Enregistrement du produit de distorsion 2f1-f2.

Enregistrement du produit de distorsion 2f1-f2

Les produits de distorsion reflètent la non linéarité de la cochlée en bon état physiologique. En réponse à 2 sons de fréquence f1 et f2, la cochlée émet plusieurs produits de distorsion : par ex. un 2f1-f2 qui est couramment utilisé en clinique et en recherche.

Ce type d'oto-émission, spécifique en fréquences, permet de réaliser un audiogramme objectif reflétant l'état fonctionnel des CCE

Exemple d'audiogramme en produits de distorsion

Exemple d'audiogramme en produits de distorsion.

L'amplitude de l'otoémission 2f1-f2 est représentée en fonction de la fréquence du son f2.
 
 Noter la présence d'une réponse clairement identifiable par rapport au bruit de fond (tracé du bas) pour des fréquences de 1 à 6 kHz. L'absence, ou la pauvreté des mécanismes actifs cochléaires au dessous de 1 kHz ne permet pas de tester les fréquences graves. Au delà de 6 kHz, c'est l'équipement utilisé en clinique qui limite l'enregistrement des produits de distorsion.

Oto-émissions spontanées

Enregistrement d'oto-émissions spontanées

Enregistrement d'oto-émissions spontanées. 

On peut enregistrer sur plus de 30 % des sujets un second type d'oto-émissions, sans faire appel à un son stimulant : ce sont les oto-émissions spontanées (OAES). On utilise pour cela la même sonde, mais en n'activant que le microphone. Ces émissions doivent refléter de légères anomalies des CCEs (cellules manquantes ou surnuméraires ? ... ou tout simplement cellules en état d'oscillation permanent ?).
 L'exemple de gauche représente l'analyse spectrale d'une oreille présentant six émissions spontanées entre 1,6 et 4,5 kHz.
 
 Dans quelques très rares cas, ces OAES ont pu être corrélées avec un type particulier d'acouphènes objectivables.

Oto-émissions et système efférent

Le système efférent médian, branché sur les CCEs modifie, par l'intermédiaire des contractions lentes (dépendantes du calcium) les propriétés électromotiles des CCEs. Trois types de résultats démontrent cette action :

  • une stimulation contro-latérale atténue les oto-émissions acoustiques de l'oreille opposée ;
  • une atténuation identique est aussi obtenue par l'action directe de l'acétylcholine (neurotransmetteur du système efférent médian) ;
  • l'attention sélective (visuelle ou auditive) réduit aussi les oto-émissions et cette action ne peut être médiée que par le système efférent.

Ces résultats permettent de proposer, avec l'enregistrement des oto-émissions acoustiques, un test objectif unique du bon fonctionnement du système efférent médian.

Dernière mise à jour : 17/06/2013 20:05