Surdité : généralités

De nombreux facteurs pathologiques, génétiques ou épigénétiques, peuvent provoquer une surdité.
Les surdités de transmission correspondent à des pathologies de l'oreille externe et de l'oreille moyenne.
Les surdités neuro-sensorielles correspondent aux pathologies de la cochlée ou du cerveau auditif.
Les surdités, notamment neuro-sensorielles, sont souvent accompagnées d'acouphènes ( voir page spécifique).

Importance de la surdité

Importance de la surdité

Ces graphes établis il y a déjà plus de 15 ans aux USA pour les principales pathologies du système nerveux et des organes sensoriels, montrent l'incidence des pathologies auditives (vert), qui affectaient à l'époque près de 10% de la population et représentaient un coût très important pour la Santé. Ces valeurs ne peuvent qu'être encore accrues à l'heure actuelle. Elles sont similaires dans l'ensemble des pays occidentaux : par ex. un rapport ministériel de 1998, recensait plus de 4 millions de personnes en France

Surdité : définition

La surdité (ou hypoacousie) est un terme générique désignant la diminution de l’acuité auditive. Même s'il existe quelques rares surdités centrales (impliquant le cerveau), la grande majorité des surdités est liée à un problème au niveau de l'oreille. Les surdités de transmission ont pour origine l'oreille externe et moyenne. Les surdités neurosensorielles (encore appelées de perception) ont essentiellement pour origine l'oreille interne. Dans ces deux catégories, on distingue les surdités génétiques des surdités acquises.
Enfin, en fonction de leur gravité, on parle aussi de surdités légères, moyennes, profondes ou totales.

Surdités de transmission et surdités neuro-sensorielles

Les surdités de transmission sont les surdités liées à une atteinte de l’oreille externe (en général conduit bouché : ex. bouchon de cerumen), ou à une atteinte de l'oreille moyenne (otites, lésion des osselets, ...).
Le déficit, généralement modéré affecte surtout la perception des sons graves et peu intenses : on n'entend plus (ou difficilement) la voix basse ou chuchotée.

4 types de pathologies courantes de l'oreille externe et de l'oreille moyenne, responsables de surdités de transmission

Les surdités neuro-sensorielles (ou surdités de perception) sont dues au dysfonctionnement de l’oreille interne (cochlée) et traduisent généralement des lésions des cellules ciliées ou du nerf auditif.
Quelques rares surdités ont aussi pour origine les centres auditifs cérébraux.

Les deux pathologies les plus courantes de la cochlée, responsables des surdités neurosensorielles

Surdités mixtes
Une surdité de transmission et une surdité neurosensorielle peuvent se combiner sur la même oreille, constituant ainsi une surdité mixte : par exemple une. pathologie de l'oreille moyenne comme l'otospongiose à un stade avancé peut avoir des répercussions sur l’oreille interne et induire une surdité mixte.

Surdités génétiques et surdités acquises

Une surdité peut être d’origine génétique ou acquise au cours de la vie à cause d'une pathologie (traumatisme acoustique, infection, intoxication, vieillissement).
Elle peut aussi être acquise en raison d’une prédisposition génétique : nous ne sommes pas tous égaux devant une infection, un traumatisme.

 

Surdités profondes à la naissance

Sur 1000 naissances il y a 1 à 1,5 cas de surdité sévère ou profonde.
Une cause génétique (g) est responsable des 3/4 de ces surdités. L'autre 1/4 correspond à des surdités acquises au cours de la grossesse ou dans la période périnatale.

Surdités de l'enfant

La grande majorité des surdités provient de problèmes d'oreille moyenne (om) comme l'otite chronique.
La proportion de surdités génétiques (g) est tombée à env.10%.
Le reste (bleu) est lié à des facteurs variés.

Surdités chez l'adulte

Les facteurs de surdités acquises se multiplient et elles représentent maintenant la très grande majorité des surdités. Les otites chroniques de l'oreille moyenne (om) ne représentent plus que 20% env. de ces facteurs, un peu moins que la maladie de Ménière (M), qui affecte aussi le système vestibulaire (vertiges).
Le traumatisme acoustique (t) dû aux surstimulations sonores, occupe à présent le premier rang des facteurs de surdité ! D'autres facteurs (bleu) viennent compléter ce tableau : principalement les médicaments toxiques pour l'oreille et les surdités brusques.
Les surdités génétiques (g) ne représentent plus qu'un très faible pourcentage, mais il faut cependant noter que dans de nombreux cas (traumatisme sonore, ototoxicité, Ménière, ...) il existe probablement une composante génétique accentuant ou accélérant la surdité acquise.

Dernière mise à jour : 18/11/2016 16:36