Organe de Corti : innervation

Chaque type cellulaire (CCI et CCE) est doublement innervé ; plus exactement, l'innervation des cellules ciliées forme une boucle véhiculant des messages vers le système nerveux central (fibres afférentes), ou en provenance du système nerveux central (fibres efférentes).

Innervation des cellules ciliées internes (1) et externes (2)

Innervation des cellules ciliées internes (1) et externes (2)

Ce schéma met en place le système afférent radial (= nerf auditif : bleu) et le système efférent latéral (rose) pour la CCI; le système afférent spiral (vert) et le système efférent médian (rouge) pour la CCE.

Connexions entre la CCI et le tronc cérébral

Connexions entre la CCI et le tronc cérébral

Les CCIs font synapse avec tous les neurones de type I du ganglion spiral, formant le système afférent radial (= nerf auditif : bleu) qui relie la cochlée aux noyaux cochléaires. C'est par là que partent tous les messages auditifs vers le cerveau. Le système efférent latéral (rose), issu de petits neurones de l'olive supérieure homolatérale (LSO), effectue un rétro-contrôle sur la synapse CCI/fibre afférente : il intervient notamment pour protéger cette synapse contre un accident excitotoxique (ischémie ou trauma).

Connexions entre la CCE et le tronc cérébral

Connexions entre la CCE et le tronc cérébral

Les CCE font synapse avec des terminaisons dendritiques de petite taille des neurones ganglionnaires de type-II, formant le système afférent spiral (vert) ; rien n'est connu à propos du rôle de ce système : peut être informe-t-il le système nerveux de l'état de contraction des CCEs? ... ces dernières sont directement innervées par les grosses terminaisons axoniques (rouge) de neurones situés bilatéralement dans le complexe olivaire supérieur médian (MSO) : c'est le système efférent médian dont le rôle est de modérer l'électromotilité (mécanisme actif) des CCEs.

N.B. Pour mieux visualiser les fibres, les cellules de Deiters n'ont pas été dessinées.

Représentation schématique de l'innervation afférente des cellules ciliées

Représentation schématique de l'innervation afférente des CC

Les gros neurones de type I, de grosse taille et myélinisés (95% des neurones ganglionnaires) ont une branche périphérique unique connectée aux CCIs (10 type-I par CCI en moyenne).

Les neurones de type II, plus petits et non myélinisés, suivent une route spirale, vers la base de la cochlée, pour aller connecter une dizaine de CCEs, généralement de la même rangée.

Schéma d'après Liberman

Les neurones du ganglion spiral (cochléaire)

Le ganglion spiral, formé à partir de l'otocyste primitif et situé dans l'axe (modiolus) de la cochlée, comprend environ 35.000 neurones chez l'homme. Ces neurones bipolaires sont de deux types : type-I et type-II. Leurs prolongements périphériques se terminent dans l'organe de Corti, au contact des cellules ciliées qui leur passent les messages. Leur prolongement central se termine dans les noyaux cochléaires du tronc cérébral.

Les neurones de type-I (flèches bleues) sont plus gros, myélinisés (y compris autour du soma) et forment 95 % de l'ensemble de la population ganglionnaire ; leur prolongement périphérique, myélinisé jusqu'à l'entrée de l'organe de Corti, vient se connecter, par un seul bouton dendritique à 1 CCI.

Les neurones de type-II (flèche verte) sont plus petits et non myélinisés.

Entre les neurones, on note de nombreuses sections d'axones myélinisés, issus de neurones voisins.

Echelle : 10 µm

Plus fort grossissement : 2 neurones de type I et 1 neurone de type II (flèche verte).

Echelle : 5 µm

Neurone ganglionnaire de type-I et sa cellule gliale "satellite"

Neurone ganglionnaire de type-I et sa cellule gliale "satellite"

Ce neurone de type-I est enveloppé par une cellule gliale satellite (dont le petit noyau ovoïde est situé en bas à gauche) qui entoure le corps cellulaire du neurone d'une légère gaine de myéline (quelques tours seulement). Noter le volume relativement important du noyau du neurone (clair) et la densité impressionnante de mitochondries et d'autres organites cytoplasmiques. A droite : le départ de l'axone central.

Echelle : 3 µm

Fibres intra-ganglionnaire myélinisées

Coupe transversale de l'axone myélinisé

Coupe transversale de l'axone myélinisé d'une cellule ganglionnaire de type I. Dans l'axone, on distingue 3 mitochondries et de nombreux microtubules et neurofilaments.

Une gaine épaisse de myèline entoure l'axone (voir zoom électronique du rectangle bleu).

Echelle : 150 nm

gaine de myéline

La gaine de myéline est ici formée de 35 tours ou lamelles (la double couche membranaire est bien visible par endroits). A droite : le cytoplasme de l'axone (clair) et une mitochondrie. Echelle : 70 nm

Premiers stades de la myélinisation

Premiers stades de la myélinisation

Au cours du développement, les fibres (astérisques) sont entourées par les prolongements des cellules gliales.
 Deux de ces cellules (flèches jaunes) ont déjà entouré un axone de plusieurs tours de membrane formant la gaine de myéline (voir zoom électronique du rectangle bleu).

Echelle : 0,5 µm

L'axone d'une fibre auditive

L'axone d'une fibre auditive, avec son réseau dense de microtubules et neurofilaments, est emballé par la membrane de la cellule gliale qui a déjà formé une dizaine de tours, de façon encore assez lâche par endroits (comparer avec la gaine adulte).

Echelle : 100 nm

Dernière mise à jour : 12/09/2016 12:57