Surdités de transmission

(Images : Michel Mondain, Frédéric Venail)

La baisse d’acuité auditive des surdités de transmission a pour origine une pathologie soit de l’oreille externe soit de l’oreille moyenne. Seules les pathologies les plus communes sont abordées. Ce chapitre n’est pas exhaustif.

Affections de l'oreille externe

Symptômes : douleur (otalgie), écoulement purulent et/ou hémorragique (otorrhée). Baisse de l'audition.

Examen clinique et étiologies :

1) Affections du pavillon : modification de l'aspect cutané, otalgie.

  • Originie cutanée : eczéma, psoriasis, furoncle, mycoses.
  • Origine traumatique : hématome sous-cutané (othématome). En absence de traitement, l’oreille se sclérose et se déforme = oreille de rugbyman.
  • Infection du cartilage (chondrite): peau chaude avec des lésions (vésicules, pus…). Le risque est la fonte purulente du pavillon. Attention aux piercings dans le cartilage, grand vecteur de chondrites (image).

La baisse d’acuité auditive est due à un obstacle mécanique du méat du conduit auditif externe (œdème, collection).

2) Affections du conduit auditif externe :

  • Le bouchon de cérumen : surdité de transmission la plus fréquente. Il peut aussi entrainer des otalgies et des surinfections (otite externe).
  • L’otite externe (infection de la peau du conduit) : otalgie intense, otorrhée purulente (image).

La baisse d’acuité auditive est due à un obstacle mécanique du conduit auditif externe (bouchon de cérumen , collection)

NB. Les surdités de transmission ayant pour seule origine l’oreille externe ne peuvent dépasser les 30 dB de perte

Affections de l'oreille moyenne

Les surdités ayant pour origine l’oreille moyenne se classent en deux catégories : les surdités de transmission à tympan normal et les surdités de transmission à tympan anormal. Elles ont en commun les caractéristiques acoumétriques et audiométriques suivantes (voir parties dédiées aux explorations fonctionnelles) :

  • Weber latéralisé du côté sourd, Rinne : CA < CO.
  • Abaissement de la CA, CO normale.
  • Abolition du RS.
  • Vocale : décalée vers la droite mais atteint les 100% à de plus fortes intensités. Maintien de la forme sinusoïde usuelle.

Les surdités de transmission à tympan normal :

Qu'est-ce qu'un tympan normal !

Un tympan normal est peu épais, transparent permettant de voir l'air de la cavité tympanique. Le marteau est le seul osselet au contact du tympan.

Observez ce tympan droit avec le marteau (1), le triangle lumineux reflétant la lumière de l'otoscope (2), l'orifice de la trompe d'Eustache vu par transparence (3), la pars tensa et le promontoire vu par transparence (4).

Otospongiose

Symptômes : hypoacousie, +/- acouphènes, vertiges.

Ankylose stapédo-vestibulaire : diminution de mobilité de l’articulation entre étrier et fenêtre ovale. Surdité acquise (apparition à age adulte), mais génétique autosomique dominante à pénétrance variable. Evolutive vers la labyrinthisation.

Traitement par prothèse auditive ou chirurgie.

Les séquelles de traumatisme crânien 

En cas de luxation ou fracture des osselets, sans atteinte neuro-sensorielle (absence du rocher)

Symptômes : hypoacousie, otalgie, paralysie faciale (très rare par impaction)

Surdité de transmission. Compliance augmentée. En fonction du siège de la dysjonction : dissociation des réflexes stapédien ipsi et controlatéral possible.

Diagnostic scannographique.

Le traitement est chirurgical : réalisation d'une ossiculoplastie.

Les malformations de la chaîne ossiculaire : les aplasies mineures

Prévalence : 10 à 20 000 naissances. L’atteinte peut être bilatérale dans 30 à 40 % des cas. La malformation des osselets peut parfois s’accompagner d’une anomalie de la forme du pavillon et/ou du conduit auditif. L’oreille interne est habituellement normale.
Symptômes : hypoacousie de transmission

Diagnostic : scannographique

Le traitement est chirurgical ou prothétique.

Les surdités de transmission à tympan anormal :

Otite moyenne aiguë : infection aiguë des cavités de l'oreille moyenne, remplies de pus.

Observez ce tympan gauche présentant une otite moyenne aiguë collectée : le tympan est épaissi, opaque et bombant, avec une hypervascularisation visible. Le marteau est moins visible et son manche créé une dépression à son insertion. Du pus est visible en rétro-tympanique (couleur jaune). Le triangle lumineux a disparu.

Symptômes : otalgie, fièvre, hypoacousie.

Très fréquemment d’origine bactérienne, mais aussi virale.
Maladie principalement de l’enfant de moins de 2 ans mais se voit à tout âge.
Nécessite une consultation rapide car peut se compliquer par une extension de l’infection aux cavités postérieures : la mastoïdite. Risque de méningite et d’abcès cérébral.
Un acte fréquemment pratiqué est la paracentèse pour diminuer la douleur et la fièvre et faire un prélèvement bactériologique pour adapter l’antibiothérapie.

Otite séro-muqueuse : liquide aseptique séreux dans les cavités de l’oreille moyenne. Conséquence d’un trouble de l’aération de la caisse par dysperméabilité tubaire.

Symptômes : hypoacousie, otalgie faible, pesanteur.

Très fréquente entre 2 et 4 ans mais peut se voir chez l’adulte. Un des traitements est l’aérateur trans-tympanique. (illustration)

Attention chez l’adulte : éliminer une tumeur du cavum.

Séquelle d'otite séro-muqueuse : cette image montre un tympan droit dont la membrane est atrophique entrainant une rétraction globale de la membrane tympanique, conduisant à une atélectasie (diminution de volume de la caisse du tympan).

Observez la rétraction de la membrane tympanique dans la pars flaccida (1), le marteau qui est trop visible car moulé par le tympan rétracté (2), un accolement pathologique du tympan sur l'enclume à cause de cette rétraction (3). Rétraction de la membrane tympanique également visible dans la pars tensa (4).

Perforation tympanique :

Symptômes : hypoacousie (< 30 dB si isolée), parfois otorrhée purulente associée.

Caractéristiques otoscopiques : perforation non marginale (qui respecte le ligament annulaire, c'est à dire la zone d'insertion du tympan).

Possible traitement chirurgical : fermeture de la perforation (tympanoplastie).

Si l’hypoacousie est > 30 dB, une lyse ossiculaire est à rechercher.

Poches de rétraction tympanique et cholestéatome :

Symptômes : hypoacousie, +/- otorrhée

Conséquence d’otites à répétition dans l’enfance. Maladie évolutive de l’oreille moyenne qui détruit toutes les structures adjacentes. Evolution lente mais potentiellement grave (méningite, paralysie faciale). Le stade initial est la poche de rétraction. Elle peut évoluer vers un cholestéatome (véritable tumeur épidermique bénigne mais très agressive, de croissance lente et détruisant les structures de l’oreille moyenne et voire de l’oreille interne à des stades évolués).

Caractéristiques otoscopiques : perforation marginale, élargissant le cadre osseux. En fait, il ne s’agit pas d’une vraie perforation, le tympan étant toujours en continuité mais il est aspiré vers le fond de caisse.

Le cholestéatome est caractérisé par une accumulation de squames dans la poche de rétraction. Une lyse ossiculaire est classique avec parfois larbyrinthisation (atteinte de l’oreille interne) qui se traduit par une surdité mixte (CA et CO abaissées). Le traitement est chirurgical dans la majorité des cas.

Otite fibroadhésive :

Symptômes : hypoacousie

Maladie inflammatoire de la caisse du tympan et du tympan, qui s’autonomise. Symphyse de la muqueuse du fond de caisse et du tympan par un tissu conjonctif très inflammatoire.

Caractéristiques otoscopiques : tympan épaissi et opaque, aucune structure n’est individualisable.

Evolution vers une surdité mixte.

Peu de recours thérapeutique.

Dernière mise à jour : 09/09/2016 19:44